Année record pour la mobilité électrique

L’année 2021 a définitivement marqué un tournant dans le monde de la mobilité électrique, notamment au vu des ventes record de véhicules 100% électriques et hybrides. C’est l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique,  l’Avere-France, qui a dressé le bilan de l’année en nous dévoilant des chiffres pour le moins encourageants. Avec le déploiement des ZFE en France ainsi que la densification du réseau de bornes de recharge sur l’espace public, l’intérêt pour l’électromobilité devrait encore se renforcer en 2022. Retour sur les chiffres de l’électrique français en 2021. 

 

 

300 000 immatriculations de véhicules électriques et hybrides

En ce mois de janvier 2022, l’Avere a publié les résultats du baromètre “Les Français et la mobilité électrique” réalisé par l’institut Ipsos, mais aussi le bilan de l’année 2021 ainsi que les prévisions pour 2022. 

 

Malgré un marché de l’automobile français fortement perturbé en raison de la crise sanitaire, le segment électrique a confirmé sa dynamique avec l’immatriculation de 315 978 véhicules hybrides et électriques. Ce qui représente une augmentation de 62% par rapport à 2020 et une part de marché de 15%. Une augmentation forte et continue depuis deux ans qui devrait se confirmer en 2022. 

Les avantages de l’électromobilité : économies, confort de conduite et faible impact environnemental

Si certains restent réticents à évoluer vers le tout-électrique, pour la majorité des personnes interrogées (87%), les voitures électriques sont perçues comme des innovations qui offrent une sensation de conduite plus agréable. Outre l’aspect technique, les véhicules électriques sont bel et bien plus économiques à l’usage, car les coûts liés au carburant peuvent être divisés par cinq sur une année par rapport  à un véhicule thermique pour une conduite de 30km par jour en moyenne. De même, un des arguments principaux en faveur de l’achat d’un véhicule électrique est son faible impact sur l’environnement. En effet, même en choisissant le scénario de production le plus polluant, la voiture électrique reste la plus raisonnable en émissions de carbone et en émissions de CO2.

" Sur l’ensemble de son cycle de vie, le véhicule électrique est bien moins polluant que son homologue thermique. Les études scientifiques sont unanimes : la voiture électrique entraîne une réduction de plus de 75 % de l’empreinte carbone en France par rapport à un véhicule thermique fossile et de 30% dans les pays européens où le mix électrique est le plus carboné. "
Cécile Goubet
Directrice Générale de l’Avere-France

Des Français prêts à changer dès 2022 ?

Si l’on se réfère aux résultats du baromètre réalisé par Ipsos, 83 % des Français se disent prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour améliorer la qualité de l’air et 82 % pour lutter contre le changement climatique. On note donc une prise de conscience collective de plus en plus marquée, et une réelle envie des citoyens français de changer leurs habitudes de conduite.

Le déploiement des bornes de recharge

Avec pas moins de 53 667 points de recharge enregistrés fin décembre 2021, soit une hausse de 64% en un an seulement, nous pouvons bel et bien parler d’année record pour la mobilité électrique. Si on ajoute à ce nombre les points de recharge privés à domicile et sur le lieu de travail, la France compterait à ce jour près de 700 000 bornes de recharge électriques (source : Enedis). De plus, 100% des aires d’autoroute devraient être équipées de solutions de recharge rapide d’ici 2023, a annoncé Vinci autoroutes. Enfin, 66% des Français attendent de leur collectivité de remplacer leurs flottes de bus à essence par des bus électriques (Ipsos). 


Les collectivités locales ont donc un rôle important à jouer auprès des Français, notamment via le déploiement d’infrastructures de recharge mais aussi d’aides financières au rétrofit et à l’électro-mobilité.

" 1 Français sur 3 considère avoir dès à présent la possibilité de recharger un véhicule électrique, que ce soit à son domicile, sur le lieu de son entreprise ou via un point de recharge ouvert au public. "
Avere France

Un cadre réglementaire favorable au développement de l’électromobilité

Même si l’objectif des 100 000 points de recharge annoncé par le Gouvernement pour la fin de l’année 2021 n’a pas été atteint, ce dernier à été bénéfique et a marqué la volonté des pouvoirs publics à changer la donne en termes de réglementation. En effet, en un an seulement, sept législations en faveur de l’électromobilité et de l’installation de bornes de recharge ont été publiées. Le rétrofit est désormais autorisé en France et encouragé par le biais de différentes aides financièresLe cadre réglementaire autour de la mobilité électrique se structure et accompagne de plus en plus le développement de cette dernière.

Le rétrofit pour accélérer l'électrification des flottes

En bref, le marché automobile électrique connaît une réelle progression qui devrait s’intensifier dans les prochaines années. Alors achat neuf, d’occasion ou rétrofit, que choisir 

 

L’achat d’un véhicule électrique qu’il soit neuf ou d’occasion représente un certain coût pour les particuliers, les professionnels ou les collectivités désireux de passer à la conduite électrique. Cependant, le rétrofit offre bien des avantages que ce soit au niveau financier, pratique ou encore écologique. La technologie développée par Phoenix Mobility permet d’offrir à votre véhicule une seconde vie en remplaçant simplement ses composants thermiques par des composants électriques. 

 

Vous pourrez aujourd’hui bénéficier d’aides pouvant aller jusqu’à 9000€ pour la conversion d’un utilitaire de catégorie 3. N’attendez plus et demandez votre devis personnalisé.