L'Union Européenne annonce la fin des véhicules thermiques pour 2035

Suite aux annonces récentes de la Commission Européenne et au dévoilement de son Green Deal” (Pacte vert), nous pouvons affirmer que le futur de l’automobile sera en grande partie électrique à l’horizon 2035. Seuls les véhicules dits “zéro émission” seront autorisés à la vente au sein de l’Union Européenne, faisant de l’Europe le premier continent à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. La fin des véhicules thermiques : une décision symbolique dans un contexte de réchauffement climatique certain, qui devrait permettre une réduction moyenne des émissions de GES (Gaz à effet de serre) des véhicules neufs de 55% d’ici 2030 par rapport à 2021.

 

  1. Quel avenir pour les constructeurs automobiles ?
  2. Une offre de bornes de recharges insuffisante ?

Quel avenir pour les constructeurs automobiles ?

La transition vers une mobilité "zéro émission"

Face à l’urgence climatique, des mesures plus drastiques concernant l’échéance à laquelle les constructeurs devront proposer uniquement des véhicules propres à la vente ont été avancées de cinq ans. Originellement prévue pour 2040, la fin de la production de véhicules thermiques est désormais prévue pour 2035 au plus tard. Le passage à l’électrique est une réalité et fait partie des priorités de l’Europe pour les prochaines années à venir.

 

Certains constructeurs prennent de l’avance et commencent d’ores et déjà l’électrification de leur offre avec des gammes neutres en émissions. Nombreux sont ceux qui ont comme objectif d’investir rapidement et à grande échelle, afin de faire partie des premiers acteurs à répondre aux attentes du Gouvernement. Par exemple, Jaguar et Volvo ont annoncé vouloir interrompre la production de moteurs thermiques d’ici 2025, Bentley d’ici 2026, Ford, Mini, Mercedes et Fiat pour 2030. 

“L’objectif de la Commission Européenne est un transport décarboné d’ici 2050.”

Les restrictions annoncées

Concrètement, l’achat d’un véhicule neuf diesel ou essence ne sera plus possible à partir de 2035. Mais ce n’est pas tout, des restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants seront mises en place dès 2025 au sein des villes de plus de 150 000 habitants. Les “Zones à faibles émissions” ont pour objectif de réguler la pollution atmosphérique en France et se déploient de plus en plus sur le territoire. Elles interdisent la circulation des véhicules classés Crit’air 3,4,5. Seuls les véhicules répondant aux normes Euro 5 et 6 et porteurs d’une vignette Crit’Air 1, 2 ou verte pourront être autorisés à rouler à partir de 2025 au sein de ces métropoles.

 

Crit’air 0 : Véhicules 100 % électriques et véhicules à hydrogène

 

Crit’air 1 : Véhicules gaz et véhicules hybrides rechargeables / véhicules essence répondant aux normes Euro 5 et 6 (à partir du 1e janvier 2011)

 

Crit’air 2 : Véhicules essence ou hybride répondant aux normes Euro 4 (du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2010) / Véhicules diesel répondant aux normes Euro 5 et 6(à partir du 1er janvier 2011)

 

Effectuez votre demande pour obtenir une vignette Crit’air

Actuellement, on estime qu’un tiers du parc automobile Français serait interdit de circuler au sein de ces zones.

Certaines villes prennent les devants, comme la métropole du Grand Paris, qui prévoit l’interdiction des véhicules Crit’air 2 dans sa ZFE dès 2024. 11 villes en France sont déjà concernées, on en comptera 45 en 2025. Les villes ayant déjà mis en place des ZFE sont : Lyon, Grenoble, Paris, Aix-Marseille, Nice, Toulon, Toulouse, Montpellier, Strasbourg, et Rouen.

 

Entre la multiplication des zones ZFE excluant les véhicules les plus polluants, et la fin de la mise en vente des voitures thermiques, la question de l’acquisition d’un nouveau véhicule est de plus en plus orientée vers un modèle tout électrique. Un débat est en cours au sein de l’Union concernant les véhicules hybrides, mais ceux-ci pourraient bel et bien être interdits à la vente si on suit les mesures prises par l’Union Européenne.

 

Découvrez le calendrier des interdictions de circuler en cliquant sur ce lien

Le rétrofit adopté comme solution valide de "décarbonation" des mobilités

 

Le Gouvernement autorise et encourage les technologies telles que le retrofit, qui fait partie des solutions valides pour obtenir un véhicule “zéro émission”. Plus économique que l’achat d’un véhicule neuf, le retrofit vous permettra de bénéficier de la vignette crit’air 0 afin de circuler librement sur tout le territoire. Vous conservez votre véhicule ainsi que sa puissance originelle, tout en passant à l’électrique.

 

De plus, le retrofit est l’option la moins polluante pour l’environnement. L’empreinte carbone pour la fabrication d’un kit de conversion est beaucoup moins importante que celle de la construction d’un véhicule neuf tout entier, et vous deviendrez neutre en émissions de carbone lorsque vous effectuerez des déplacements.

 

Enfin, convertir votre véhicule déjà existant devient de plus en plus abordable grâce aux aides gouvernementales nationales et locales. 

 

Découvrez le montant des aides disponibles dans notre dernier article

Une offre de bornes de recharges insuffisante ?

Si l’Europe veut remplir ses objectifs d’électrification du parc automobile, il sera nécessaire de développer le réseau de bornes de recharges sur les territoires. L’objectif fixé par la Commission est d’installer 1 million de bornes de recharges pour 2025, et 3,5 millions pour 2030. 

 

En France, nous sommes loin du compte avec seulement 45 000 points de recharges, contre 100 000 promis par le Gouvernement d’ici la fin de l’année. La solution ? Disposer d’une borne de recharge directement chez vous, ou sur votre lieu de travail. Zeplug s’occupe de l’installation de votre borne pour véhicule électrique dans votre copropriété ou votre Entreprise. Recharger son véhicule devient un geste simple du quotidien ! 

 

 

Des efforts pour déployer un plus large réseau sont soutenus par de grands groupes tel que TotalEnergies. Ces derniers ont annoncé en octobre vouloir investir 200 millions d’euros pour aider au développement du réseau Français. Cette mesure concernerait une soixantaine de stations-services d’ici la fin de l’année. 

“100% de stations équipées d’ici à la fin 2022-2023”

– Cécile Goubert, déléguée générale de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France).

C’est l’ambition de TotalEnergies afin d’accélérer le déploiement des bornes, et permettre à l’ensemble des citoyens Français de disposer d’un point de recharge sur voies express à la fin de l’année 2023.

 

Une bonne nouvelle pour les personnes hésitantes à sauter le pas, l’offre se diversifie petit à petit et un grand nombre d’acteurs s’implantent sur le marché.